François Bonnaud : un Angevin dans la « Grande boucherie »

SC 3267_Tharreau-Bonnaud 41

En 1912, l’adolescent Bonnaud (1896-1981) fait partie d’une société de tir et rêve comme tant d’autres de prendre sa revanche sur le Prussien : le jeune Angevin veut sortir l’Alsace et la Lorraine des griffes des brutes d’Outre-Rhin ! En août 1914, il veut s’engager mais sa mère s’y oppose avec force. Il ronge alors son frein mais pas longtemps. Lire la suite

Publicités

Saint-Nazaire (1956-1958) : des Algériens mal logés… et suspects !

La vie quotidienne des travailleurs algériens en métropole durant la guerre d’Algérie (1954-1962) ne fut jamais de tout repos. À Saint-Nazaire, des hommes et des femmes, notamment syndicalistes, se mobilisèrent en leur faveur en 1956 puis, à nouveau, en 1958. Lire la suite

Roger Pantais, un anarchiste angevin

Chez les Pantais, l’engagement était une affaire de famille : Daniel, le mécano, était investi dans le syndicat CGT des métaux ; Alexandre, le libertaire pacifiste, fut interné administratif lors de la déclaration de guerre en 1940 ; Raymond, l’anarchiste, franchit les Pyrénées en 1936 et faillit être fusillé par les « staliniens » ; deux des sœurs, Hélène et Jeanne, étaient également militantes anarchistes… et épouses d’anarchistes ! Mais ce sont les pas de Roger (1914-1997) que nous vous proposons d’emprunter…

Lire la suite

Sarthe : Henri Lemonnier, le médecin rebelle

le_monnier_pierre1250r3

Nous sommes en 1852 et si l’on en croît le préfet de la Sarthe, l’homme est « dangereux à tous les points de vue : contre la religion, la propriété, contre le président, ennemi du gouvernement… ». Cet homme n’est pas un de ces « rouges » aux mains calleuses que la misère trop souvent exalte, mais un notable du cru, médecin de son état : Henri Lemonnier (1814-1895).

 

Lire la suite

Les chaudronniers vous souhaitent un bel été !

Qui sont ces hommes ? Des métallos de l’entreprise Brissonneau-et-Lotz (Quartier de Doulon à Nantes). Où sont-ils ? Dans la région bordelaise, dans le cadre d’un déplacement professionnel. Parmi eux, Armand Le Guen. Né en 1905, celui qui finira chef d’équipe en fin de carrière, était chaudronnier-soudeur de formation, et devait exercer encore ce métier à l’époque du cliché (1930 ou 1931). Lire la suite