Sarthe : prolétaires en culottes courtes

industrie-fertoiseCombien sont-ils ces enfants de Sarthe à travailler dans les industries qui émergent ça-et-là au Mans et alentours ? Moins de mille si l’on en croit un  recensement de 1847.

On peut les voir, dès le lever du jour, se glisser sous les métiers à tisser pour nettoyer les bobines de fil et ramasser les déchets de coton, ou placer les bouteilles de verre confectionnées par les ouvriers-souffleurs dans les fours de recuisson. Lire la suite

« La Capitaine » : Marie Gaboriaud, communarde et vendéenne

montage-photo-15-aout-prison-des-chantiers-vers-bhvpComme tant d’autres, Marie Gaboriaud fait partie de ces communeuses dont les historiens, trop souvent masculins, ont oublié les noms.

Née à Ardelay (près des Herbiers) dans une famille de petits paysans, Marie Augustine Gaboriaud (1835-1882) gagne Paris dans les années 1860 et y devient lingère. C’est là qu’elle rencontre et épouse Jules Chiffon (1822-1880), issu d’une famille de tailleurs de pierre de la Côte d’or. Lire la suite

Bahonneau et Ménard, deux meneurs trélazéens

bahonneau-menard

En mars 1902, le syndicat des ardoisiers de Trélazé demande son inscription à la Bourse du travail d’Angers. Cette affiliation est le fruit du travail de deux compères trélazéens, André Bahonneau (1848-1918) et Ludovic Ménard (1855-1935), qui oeuvrent depuis 1880 à l’organisation des perreyeux. Ils sont appelés à jouer un grand rôle dans la vie syndicale angevine… Lire la suite

L’affaire Guy Bézier, un «non» ouvrier à la «pacification» coloniale

1998_020_390_16

Qui était Guy Bézier ? Un jeune ouvrier de dix-neuf ans, caréneur aux chantiers navals nazairiens. Le 28 mai 1956, cet enfant d’une famille nombreuse et modeste, sans engagement politique connu, se rend comme tant d’autres à une manifestation CGT de protestation contre le rappel massif de soldats du contingent en Algérie ; car la « pacification » est une guerre qui ne dit pas son nom… Lire la suite