Nantes 1929 : Charles Tillon au gnouf

Bien peu se souviennent que le Rennais Charles Tillon (ancien mutin de la Mer noire, militant communiste de premier plan,  ministre à la Libération…), déploya une intense activité syndicale en Loire-Atlantique. En 1929, il tenta d’emmener à la victoire les gars du bâtiment mais  n’y gagna qu’un séjour au… gnouf.

Lire la suite

Publicités

Roger Pantais, un anarchiste angevin

Chez les Pantais, l’engagement était une affaire de famille : Daniel, le mécano, était investi dans le syndicat CGT des métaux ; Alexandre, le libertaire pacifiste, fut interné administratif lors de la déclaration de guerre en 1940 ; Raymond, l’anarchiste, franchit les Pyrénées en 1936 et faillit être fusillé par les « staliniens » ; deux des sœurs, Hélène et Jeanne, étaient également militantes anarchistes… et épouses d’anarchistes ! Mais ce sont les pas de Roger (1914-1997) que nous vous proposons d’emprunter…

Lire la suite

Sarthe : Henri Lemonnier, le médecin rebelle

le_monnier_pierre1250r3

Nous sommes en 1852 et si l’on en croît le préfet de la Sarthe, l’homme est « dangereux à tous les points de vue : contre la religion, la propriété, contre le président, ennemi du gouvernement… ». Cet homme n’est pas un de ces « rouges » aux mains calleuses que la misère trop souvent exalte, mais un notable du cru, médecin de son état : Henri Lemonnier (1814-1895).

 

Lire la suite

Les chaudronniers vous souhaitent un bel été !

Qui sont ces hommes ? Des métallos de l’entreprise Brissonneau-et-Lotz (Quartier de Doulon à Nantes). Où sont-ils ? Dans la région bordelaise, dans le cadre d’un déplacement professionnel. Parmi eux, Armand Le Guen. Né en 1905, celui qui finira chef d’équipe en fin de carrière, était chaudronnier-soudeur de formation, et devait exercer encore ce métier à l’époque du cliché (1930 ou 1931). Lire la suite

Vendée, 1968 : murmure contestataire dans la paysannerie

Que la Vendée figure parmi les territoires français historiquement les plus conservateurs, la chose est connue. Cela ne l’empêcha pas d’être frappée comme tant d’autres par les événements de mai 1968. Et si l’implication des paysans fut modeste, il n’en demeure pas moins qu’une oreille attentive pût y déceler les signes d’un effritement du consensus social dans les campagnes… Lire la suite

Mai 68 : la grève générale et la « douceur angevine »

Angers « la belle endormie », son château, son fleuve, ses rives paisibles, que sais-je encore… On en oublierait presque que la capitale du Maine-et-Loire fut une terre d’élection pour le syndicalisme révolutionnaire qui lui apporta des militants d’envergure comme Ludovic Ménard et André Bahonneau. En mai-juin 1968, Angers ne se tînt donc pas en retrait du mouvement social…

Lire la suite