Manufacture des tabacs de Nantes au 19e siècle : un paternalisme intéressé

Au regard de l’histoire, le paternalisme développé par la direction des Tabacs apparaît moins porté par l’amour du prochain que par la volonté de convaincre cigaretteuses et cigarières de rester dans l’entreprise malgré les conditions de travail difficiles qui leur sont imposées.  Lire la suite

Saint-Nazaire, 1959-1971 : la vie chaotique des Conserveries de Saint-Nazaire

12fi1925basse-def.jpg

La création en janvier 1959 d’une entreprise créant des emplois féminins est saluée comme un événement positif, mais très vite arrivent les désillusions : précarité d’emploi, mauvaises conditions de travail… Face aux revendications, la direction menace : silence ou on ferme !

 

Quand les Conserveries de Saint-Nazaire ouvrent leurs portes, seules quarante ouvrières payées au SMIG (155.30 F) ont été embauchées ; cependant la direction prévoit d’en accueillir deux cents, voire cent de plus à la pleine saison. Mais dans quelles conditions ? Car dès octobre, une commission paritaire se réunit  sous la pression des ouvrières et de la CGT : des mesures (relatives à l’hygiène, aux horaires, aux primes de travaux sales…) sont prises… mais la direction refuse catégoriquement l’augmentation horaire de 10 F réclamée par le syndicat qui a constaté que les salaires nazairiens étaient inférieurs à ceux pratiqués dans le Finistère.

tract-cgt-conserveries2.jpgUne nouvelle commission paritaire se tient le 12 août 1960. La direction accorde une prime de 100 F/jour pour le personnel travaillant durant les heures de repas, mais refuse les 15 F d’augmentation, les trois jours fériés payés et la prime de panier. Elle condescend à créer un garage à vélos car « c’est une réalisation qui nous intéresse plus que nos ouvrières, ayant l’usine encombrée de vélos et vélomoteurs ».

CHT_SC_1103_UD CGTP boite 18 XI 18

Surtout, elle précise : « Comme on nous reproche d’avoir une production intensive, nous vous informons que nous réduirons d’un tiers nos fabrications et que nous remettrons sous peu la liste des ouvrières que nous devons remercier (…). Jusqu’à nouvel ordre, il n’y aura plus d’arrivage à Saint-Nazaire, car nous avons demandé à nos usines de congélation d’augmenter les exportations sur les autres ports et de détourner tous les prochains bateaux prévus pour Saint-Nazaire ». La direction conclut en regrettant d’être venue s’installer à Saint-Nazaire. Le ton est donné !

CP conserveries 3

Conflits et  fermetures temporaires vont alors se succéder durant la courte vie de l’entreprise. De fait, depuis 1959, les ouvrières ne connaîtront que deux ans de travail à temps complet ; ensuite, elles alterneront travail intensif et mise au chômage.

CP conserveries 1Elles étaient 150 en 1960, elles sont moitié moins en février 1965… La CGT (et sa déléguée, Suzanne Athimon) et la CGT-FO (section apparue fin 1966) auront beau se battre pour obtenir la réouverture de l’entreprise, percevoir le chômage partiel, de meilleures conditions de travail et de salaires, obtenant bien souvent pour cela le soutien de la mairie, de la  sous-préfecture et de Inspection du travail… rien ne permit de stabiliser l’emploi. Las, les Conserveries de Saint-Nazaire fermèrent leurs portes en février 1971…

Dominique Loiseau

Sources : La Résistance de l’Ouest (30 janvier et 12 août 1959, 18 août 1960) ; Ouest-France (8 octobre 1959, 20 avril et 17 août 1960) ; L’Eclair (25 et 26 octobre 1961) ; Fonds Paul Malnoë et UD CGT-FO (Centre d’histoire du travail).

Iconographie : Vue aérienne du port de Saint-Nazaire  : vue sur la conserverie de Saint-Nazaire et l’embarcadère du bac de Mindin (20 septembre 1962) – Photo Heurtier Rennes
Archives municipales de Saint-Nazaire, 12Fi1925 ; Les travailleuses des Conserveries de Saint-Nazaire entourent Maurice Piconnier de l’UL CGT Saint-Nazaire (cliché non daté. CHT – Archives de l’UD CGT).

 

Nantes, 17 novembre 1938 : tollé sur l’Espagne !

En 1894 se tient dans la cité des ducs le congrès de la Fédération nationale des syndicats (qui prendra le nom de CGT l’année suivante) ; congrès houleux qui voit triompher les tenants de la grève générale, Fernand Pelloutier et Aristide Briand. En 1938, la préfecture de Loire-Inférieure accueille une nouvelle fois la CGT et l’atmosphère est tout aussi tendue… Lire la suite

1919 : un 1er Mai sous tension

 

 

La Révolution est à notre porte. Qu’importe si elle a été vaincue en Allemagne par une alliance de la droite et des socialistes modérés, l’espoir d’un changement radical, définitif est dans bien des têtes ; du moins dans celles de nombreux syndicalistes qui entendent en finir avec l’Union sacrée en relançant la lutte des classes. Le 1er-Mai 1919 prend alors une autre dimension…

Lire la suite

Saint-Nazaire et la solidarité ouvrière : une affaire de femmes militantes

armee-francaise-occupation-corons-nord-de-la-france-greve-des-mineurs-1948-francesoir_field_mise_en_avant_principale.jpgA l’automne 1948, le gouvernement envoie troupes et blindés mater l’insurrection des mineurs du Nord et du Pas-de-Calais. La CGT, autrement dit le Parti communiste français, est dans l’œil du viseur étatique, et les mineurs, héros de la bataille de la production, sont transformés bien vite en agents à la solde de Moscou. La France entre ainsi de plain-pied dans la Guerre froide…

Lire la suite