Les cheminots de l’Ouest et les économats avant 1914

sc-1327_cc9-n7

Dès le second-Empire (1851), les grandes compagnies de chemin de fer favorisent la fondation dans les gares et centres ferroviaires de coopératives de consommation, qui ne sont en fait que des économats, autrement dit des magasins gérés par les directions.

Lire la suite

Publicités

Naissance de l’UD CGT-Force ouvrière en Maine-et-Loire

patouxDans l’histoire de la scission de la CGT et de la naissance de la CGT-Force ouvrière en 1947-1948, le Maine-et-Loire fait figure de cas particulier. À l’inverse du rapport de force au sein de la confédération où les cégétistes « communistes » sont majoritaires, ici, les militants non communistes[1] dominent l’Union départementale ; et c’est d’ailleurs l’un d’eux, Raymond Patoux (ici, en 1960, lors d’une réunion syndicale de postiers), résistant, membre du Comité départemental de Libération au titre de la CGT clandestine, socialiste de culture libertaire, qui est mandaté par un secrétaire confédéral réformiste pour prendre en main et assurer la réorganisation de l’UD CGT du Maine-et-Loire à partir de la mi-août 1944.

Lire la suite

Histoire sociale en Maine-et-Loire

En 2007 (mise à jour 2009), le Centre d’histoire du travail, soutenu par le Conseil régional des Pays-de-la-Loire, a réalisé un Guide des sources de l’histoire du monde du travail et des mouvements sociaux en Pays de la Loire. Ce guide avait pour ambition première de localiser et de faire l’état des sources des différentes structures et institutions conservant des documents pouvant nourrir l’histoire sociale.

Rendez-vous ici pour consulter l’inventaire relatif au département du Maine-et-Loire.